Janvier 2009

 

25 janvier 2009

Au Tea Room,

Vous l’entendez, la petite musique du quotidien ? Bonjour ! Bon-jour. Un Bon, haut perché qui bascule sur un Jour tombé un demi-ton plus bas et s’ouvre durant un temps sur un sourire à l’étalage.

C’est l’inoffensive jacasserie du début du jour, qui semble ne contenir aucune menace, aucun regret, aucun chagrin. Bonjour, TUT, TUT, le petit klaxon avertisseur qui couine, voilà, voilà, la journée commence, voyez comme tout va bien dans notre petit monde, ça chantonne, ça gazouille, ici vous êtes en sécurité avec nous les Dames Tartines du Tea Room enchanté; que rien ne vienne perturber votre réveil, ni assombrir le premier regard que vous poserez en sortant de là sur le jour qui se sera enfin levé, sur le ciel fumé qui n’annonce pas encore le printemps mais assure déjà que l’hiver finira.

Bon-Jour, Mer-ci. GLING, GLING répond le tiroir caisse où gigotent les petits sous. Vous attraperez au vol d’autres particules sonores, auxquelles vous ne songez pas encore à donner un sens. Elles sont trop nombreuses, aussi invisibles que les poussières fines que les véhicules distribuent,  lesquelles se ruent sur vous lorsque vous vous obstinez à marcher au matin, malgré le froid pour activer votre métabolisme d’Occidentale trop bien nourrie.

 

31 janvier 2009

Emmitouflés de graisse, les corps ne sortent qu’à cette condition qui tienne la peur au chaud, palpitante sous l’armure molle. Les mots glissent alors au caniveau, désamorcés. Sinon quoi ? Les corps mourraient peut-être de longue angoisse le temps que tout se pleure par la brèche ouverte.