mars 2009

Mardi, 3 mars 2009

 

Humour involontaire, volé au bistrot:

« Elle s’est mariée très tard. 4 ans après, son mari est mort. C’était un couple très uni. »

Me rappelle alors avoir noté ceci, il y a quelques années déjà:

Une femme, assise à une table voisine, raconte à ses amies.

« Elle est partie comme ça, d’un coup. Elle avait mangé son gâteau: sa fille est allée à la cuisine. Quand elle est revenue, elle l’a trouvée morte, comme ça, d’un coup. C’était des gens comme ça. Ma mère, c’est pareil, elle est morte d’un coup. Jamais malade. D’un coup, comme ça, elle est morte. »

Il y avait dans le ton un sous-entendu peiné: « mais où donc est la fabrique où sont produits les gens « comme ça »? Des solides, qui meurent bien vieux, sans se plaindre, autonomes jusqu’au bout, de ceux qui débranchent la prise un beau jour sans ennuyer personne, hormis l’effet de surprise, tout de même un peu pénible. Des gens comme ça, quoi.

 


Dimanche, 8 mars 2009

 

Une réunion à La Frat, Lausanne, pour la Journée de la Femme.
Ecrire ? S’engager ?
Militer pour que les jours aient plus de 24 heures.